Close

Voile Latine

Elle semble remonter à l’Antiquité grecque ou, au plus tard, au IIIe siècle de notre ère.
Dès le VIe siècle, la voile latine est la voile méditerranéenne par excellence. C’est la voile des Italiens, des Espagnols, des Provençaux, des Portuguais, des Maghrébins.

C’est la voile des “galères”, des “tartanes”, des “felouques” et des “chebecs”, c’est aussi la voile arrière des vaisseaux de tout l’Occident depuis l’invention des bateaux à 3 mâts à la Renaissance.
Les peuples latins l’ont amenée partout où ils ont navigué, c’est-à-dire dans le monde entier notamment en Amérique Latine et en Europe du Nord.

Le gréement latin, qui caractérise les barques traditionnelles de Méditerranée, se compose de:

Un mât court et fort

Une antenne transversale

La voile latine triangulaire

De forme triangulaire (appelée à l’origine “alla trina” : à trois pointes) elle est enverguée sur une antenne qui est la partie la plus originale du gréement latin. Elle est toujours constituée de deux espars :
l’un, inférieur, est rigide et croise le mât, c’est le car
l’autre, supérieur, est souple, c’est le penne
La qualité et le réglage de l’antenne sont déterminants pour la bonne marche du bateau. L’antenne doit être à la fois solide, souple et légère. Le quart, sur lequel portent les forces les plus importantes, doit être surtout solide, alors que le penne doit allier légèreté
Le safran long vient se positionner sur l’étambot. Sa profondeur supérieure à celle de la coque compense l’absence de plan de dérive sur la quille.

Face à la Galiote en 1895

Le Port en 1939

Voile Latine

A lire (trouvé sur le Net)

Sites a voirLes Pointus

Les Copains des Pointus d’Antibes

Le Gréement Latin

Voile Aygulfoise 2013